Histoire de l’olivier

L’olivier est un arbre béni

L’olivier est l’un des plus anciens arbres cultivés dans le monde. Depuis l’Antiquité, il a symbolisé la paix et la puissance. Il a été utilisé pour réaliser la couronne des gagnants des épreuves sportives et des champions olympiques et depuis l’Antiquité il a inspiré les poètes et écrivains. Son jus, l’huile d’olive, est un produit béni  qui, depuis des milliers d’années, a nourri, guéri, protégé, stimulé, illuminé.

La Méditerranée: Domicile de l’olivier

Les découvertes archéologiques témoignent du fait que l’olivier sauvage a grandi au Moyen-Orient et dans la région du littoral méditerranéen et ses fruits ont été utilisés depuis les temps préhistoriques.

L’olivier, avec le vin, a été l’une des premières plantes à être cultivées, et la pratique s’est étendue de l’Asie centrale et de la Mésopotamie à l’Egypte et à la Phénicie et puis à la Grèce. Il a fait son apparition dans la région méditerranéenne, il y a des milliers d’années. Que l’origine de la plante soit la Méditerranée orientale, ou qu’elle de l’Asie centrale, ce n’est pas clair. Indéniablement, l’olivier est l’une des plus anciennes et des plus intéressantes  plantes cultivées dans la région méditerranéenne.

L’olivier est profondément lié à l’histoire méditerranéenne depuis des millénaires et a laissé sa marque sur le paysage et la culture de la Méditerranée. L’olivier est un arbre typique de la Méditerranée et est parfaitement adapté à croître, à porter ses fruits et à donner son «or liquide vert» dans le climat  doux de la région méditerranéenne.

On estime que la culture de l’olivier a commencé il y a plus de 7000 ans. Il a été prouvé que l’olivier a été cultivé dans la région orientale de la Méditerranée (Crète) depuis au moins 5000 ans. L’olivier a joué un rôle très important dans l’économie de l’île et a probablement été (avec le transport maritime), l’une des principales sources de la richesse de la civilisation minoenne (2000 à 1500 avant JC). Avec le déclin de la civilisation minoenne et l’essor de la civilisation mycénienne, la culture est passée en Grèce continentale et de là, s’est  d’abord étendue aux colonies grecques de la région côtière de la Méditerranée. Après la conquête romaine de l’empire grec, la culture des oliviers s’est étendue dans les régions côtières du Sud et de l’Ouest de la Méditerranée.

L’olivier: l’arbre de la vie

Cet arbre béni s’épanouit dans des endroits secs, pierreux des régions méditerranéennes avec des hivers doux et courts et  des longs étés chauds, même avec les conditions défavorables de la sécheresse, des vents forts et des températures extrêmes.
L’olivier est appelé «l’arbre de la vie” pour son incroyable ténacité. Parce que les oliviers peuvent survivre à la sécheresse et aux vents forts, et en raison de leur résistance aux maladies et à aux conditions défavorables, ils peuvent atteindre un âge de plus de mille ans. Certains oliviers en Grèce, en Italie, en Palestine et dans d’autres pays de la Méditerranée sont considérés comme ayant un âge de 1000 à 3000 mille ans. Les oliviers sont plus résistants aux maladies et aux insectes que tout autre arbre fruitier, et sont donc moins traités par pesticides que toutes les autres cultures.

Olive: l’âme de la culture grecque

L’olivier, ses fruits et son jus sont profondément et intimement liés à la Grèce et à l’âme grecque. Ils ont eu des effets sur la culture, la vie sociale et économique tout au long de son histoire. Il a été l’un des principaux produits de l’économie grecque et une partie essentielle de l’alimentation en remontant aussi loin que 1500 avant JC. En plus d’être une partie essentielle de l’alimentation hellénique, l’huile d’olive est un produit béni pour les Grecs et a été utilisée pour les médicaments, les cosmétiques, l’éclairage, le chauffage et les cérémonies religieuses. L’olivier, en particulier en Grèce, a été et est un symbole de l’espoir, de la paix et de la victoire. Pour les Grecs, l’olivier a été et reste dans une certaine mesure,  un arbre sacré.

Olivier: le plus beau cadeau des dieux

Athéna, la déesse de la sagesse et de l'art dans la mythologie grecque.

Athéna, la déesse de la sagesse et de l’art dans la mythologie grecque.

Pendant des milliers d’années de l’histoire de la Grèce, de nombreux mythes et légendes se sont développés autour de l’olivier. La mythologie grecque, nous dit  qu’Athéna, la déesse de la sagesse et de l’art, apporta le premier olivier, le donna en cadeau à la ville d’Athènes et enseigna aux gens à le cultiver et à utiliser ses fruits et son jus.

Selon le mythe, les dieux grecs Athéna et Poséidon étaient tous les deux en compétition pour le patronage de la plus grande et  plus influente  ville de l’époque. Mais Zeus et les autres dieux de l’Olympe conçurent pour eux un concours, en précisant que, celui que pourrait offrir le meilleur et  le plus utile cadeau à la population de la ville, serait choisi comme son patron.
Poséidon, le puissant dieu des mers, frappa le sol avec son trident, et donna une fontaine à la région sèche. Mais de celle-ci, il coula seulement de l’eau salée. Quant à Athéna, la déesse de la sagesse, elle enfonça sa lance dans le sol de la roche de l’Acropole et un olivier poussa. Les dieux, dirigés par Zeus, décidèrent que l’olivier, symbole de la paix et de l’agriculture, était un cadeau meilleur et  plus utile que la fontaine d’eau salée offerte par Poséidon. Ainsi, Athéna remporta le duel et devint le patron de la ville de l’olivier. La ville où l’olivier apparut et grandit, fut nommée Athènes en son honneur. Le nouvel arbre d’Athéna, l’olivier, était un nouvel arbre immortel dont les fruits et le jus pouvaient être utilisés comme denrées alimentaires ou médicaments, ou comme produits de beauté ou pour l’éclairage, et son bois comme combustible. Depuis lors, les oliviers ont été considérés comme “saints” et si quelqu’un  abattait un seul de ces arbres, il était banni en exil ou même condamné à mort. La légende locale nous raconte que l’olivier original d’ Athéna pousse toujours après plusieurs siècles sur l’ancien site sacré.

L’olivier: un arbre protégé

Les Grecs ont commencé à cultiver systématiquement l’olivier au 8ème siècle avant JC. Entre le 7 e et le 3 e siècle avant JC, médecins et  historiens ont entrepris sa classification botanique et ont enregistré les propriétés curatives de l’huile d’olive et son histoire. C’était  Aristote, qui éleva la culture de l’olivier en science. Il est connu que les Athéniens introduisirent des mesures spécifiques pour protéger l’olivier. La première loi sur la protection de l’olivier a été introduite au 5e siècle avant JC par Solon, le plus grand législateur d’Athènes, en interdisant l’abattage de plus de deux arbres par an dans chaque oliveraie.

Symbole de la puissance et de la paix

Pour les anciens Grecs, l’olivier symbolisait, entre autres choses, la puissance et la paix: la puissance, en raison de sa longévité et sa capacité à croître dans les zones arides et caillouteuses. La paix, peut-être en raison de sa tranquillité solitaire. Pour cette raison, les guerres entre États étaient suspendues et les lauréats des Jeux Olympiques antiques, qui représentaient les mêmes idéaux de force et de paix, étaient couronnés avec le «kotinos», fait de branches d’olivier sauvage.
Lors des Jeux olympiques de 2004 à Athènes,  les athlètes vainqueurs ont également été récompensés avec une couronne faite de rameaux d’oliviers, reflets des prix sacrés décernés aux champions des Jeux Olympiques antiques.
En outre, afin de montrer leurs intentions pacifiques, les ambassadeurs de la paix, offrent un rameau d’olivier à leurs interlocuteurs.
Encore aujourd’hui, la branche d’olivier symbolise la paix et l’unité. Un des exemples bien connus est le symbole de l’Organisation des Nations Unies.

L’huile d’olive pour l’éclairage, les ateliers et les cérémonies religieuses

Tout au long de l’Antiquité, les Grecs et les Romains ont continué à utiliser l’huile d’olive comme combustible pour l’éclairage. Le feu sacré qui a été utilisé dans la culture grecque classique, pour l’éclairage de la chambre noire des temples lors de la nuit, a été fourni par le combustible qu’était l’huile..
De l’Antiquité à nos religions contemporaines,  l’huile d’olive a été utilisée dans les cérémonies religieuses et de nombreuses références peuvent être trouvées dans la Bible et le Coran.
L’olivier est mentionné plus de 30 fois dans la Bible, à la fois dans le Nouveau et l’Ancien Testament. Il s’agit d’une branche d’olivier, qu’a  ramené un pigeon et qui a fait comprendre à Noé que le déluge était terminé.
Les chrétiens ont poursuivi l’ancienne coutume de l’utilisation de l’huile dans différentes cérémonies religieuses. L’huile d’olive a mis son sceau sur les traditions grecques avec lesquelles elle est profondément liée. Etant le symbole sacré du cycle de vie, elle est utilisée à chaque moment important et à la naissance, au baptême, au mariage ainsi que pour d’autres cérémonies.

L’huile d’olive pour les soins du corps et l’hygiène

Dans l’Antiquité, l’huile d’olive était un produit clé utilisé pour les soins du corps et l’hygiène. Selon la mythologie, les déesses de l’Olympe utilisaient une sorte de “crème”, préparée avec de l’huile d’olive. Dans la Grèce antique, les femmes utilisaient des huiles d’olive aromatisées pour les soins de beauté. Elles appliquaient l’huile d’olive sur la peau et les cheveux après le bain afin de les protéger et maintenir un agréable parfum. Les hommes utilisaient l’huile d’olive pure pour se laver et pour l’hygiène. Il est connu que les premiers athlètes olympiques enduisaient leur corps avec l’huile d’olive afin de protéger leur peau. Les athlètes, pour des raisons de santé, l’utilisaient aussi pour enduire leur corps avant l’exercice quotidien dans les salles de gymnastique, à l’entrainement et dans les compétitions athlétiques. Au cours de ‘Panathénées’, grands festivals en l’honneur de la déesse Athéna, l’huile d’olive elle-même était le prix pour le vainqueur de la compétition.

L’Olive dans la Grèce moderne

L’huile d’olive continue aujourd’hui d’être le principal et le plus important  composant de la diète  grecque. L’olivier était et est encore un arbre béni pour les Grecs.  Il est encore lié à leur vie quotidienne, leur culture et leur âme. Il y a environ 132 millions d’oliviers en Grèce (environ 12 oliviers par habitant), ce qui marque le paysage grec. La Grèce produit environ 350.000 tonnes d’huile d’olive par an, dont environ 85 pour cent est extra-vierge. Cela fait de la Grèce le plus grand producteur mondial d’huile d’olive extra vierge, avant l’Italie (où environ 40 à 45 pour cent de l’huile d’olive produite, est extra-vierge) ou l’Espagne (où 25 à 30 pour cent de l’huile d’olive produite est extra-vierge). La production d’huile d’olive en Grèce s’élève entre 16% et 20% de la production mondiale. Cela rend la Grèce, le 3ème plus grand producteur d’huile d’olive dans le monde, après l’Espagne et l’Italie. La Grèce est le premier producteur mondial d’olives noires et elle a plus de variétés d’olives que tout autre pays. La Grèce consomme plus de 16 litres par an et par habitant, la plus grande consommation d’huile d’olive par habitant dans le monde entier. L’Espagne, l’Italie, la Tunisie et le Portugal sont aussi en tête de la liste de consommation d’huile d’olive par habitant.

L’huile d’olive et l’Union européenne

La production d’huile d’olive est concentrée dans les pays du bassin méditerranéen: l’Espagne, l’Italie, la Grèce, le Portugal, la Turquie, la Tunisie et le Maroc.
Environ 800 millions d’oliviers sont cultivés dans le monde entier, dont 95% sont dans la région méditerranéenne. La région de la Méditerranée produit 98% de l’huile d’olive mondiale.
L’Union européenne est le plus grand producteur du monde, en représentant 80% de la production mondiale. L’Union européenne n’est pas seulement le plus grand producteur d’huile d’olive, mais aussi le plus grand consommateur. Elle représente 71% de la consommation mondiale.
Ca signifie qu’une grande partie de la terre cultivée dans les États membres du sud de l’UE est  utilisée pour la production d’olives, avec des importantes répercussions environnementales, sociales et économiques. Les principales zones utilisées pour la production d’huile d’olive sont en Espagne, suivie par l’Italie, la Grèce et le Portugal.

En raison de la hausse de la demande provenant de l’Europe du Nord et d’autres pays, la culture de l’olivier a augmenté de façon significative. Les oliviers sont également cultivés, dans des zones limitées, au Japon, dans l’Himalaya, dans le sud des États-Unis, dans certaines régions de l’Amérique latine et en Australie. A l’extérieur de l’Union européenne, la Syrie, la Turquie et la Tunisie sont les plus grands producteurs d’olives et d’huile d’olive. La culture de l’olivier est le gagne-pain de nombreuses personnes.